Fagooda

28 août 2019

Les iraniens de Calais

Pour tenir le rôle de ministre de l'Intérieur, Sajid David possède au moins un trait de caractère indispensable que les uns appellent sa détermination, les autres sa brutalité, en somme : la poigne. Mais face à la crise des migrants iraniens affluant à Douvres et à Folkestone à bord d'embarcations de fortune, le « superflic » d'Albion apparaît impuissant. « Les raisons de ces arrivées sont le plus souvent en dehors de notre contrôle », a déclaré le ministre dans une interview publiée lundi par le grand quotidien conservateur Daily Telegraph en citant l'instabilité au Proche-Orient, le crime organisé et la situation prévalant à Calais. Contraint d'ajourner un safari en Afrique du Sud, Javid a réuni une cellule de crise comprenant les responsables du contrôle des frontières pour tenter d'endiguer l'arrivée soudaine de réfugiés iraniens désireux à tout prix de fouler le sol du pays de la deuxième chance. La veille, Javid s'était entretenu avec son alter ego français, Christophe Castaner, en vue de renforcer la coopération bilatérale et réduire le nombre d'arrivées. L'accord du Brexit en toile de fond Londres compte sur Paris pour arrêter les flux d'illégaux désireux de gagner l'Angleterre. Les accords du Touquet de 2003 signés dans la foulée de la fermeture du centre de Sangatte, qui fixent de facto la frontière franco-britannique à Calais, sont le pivot de cette étroite coopération. Des agents britanniques de l'immigration opèrent dans les terminus Eurostar de Paris, de Calais, de Lille et de Bruxelles tandis que des policiers français sont présents à Londres St Pancras International, à Ashford et à Ebbsfleet. Des contrôles franco-britanniques opèrent dans les ports de la Manche. Pour le gouvernement conservateur, le temps presse. L'affaire risque d'attiser la colère des élus tory du Kent, un bastion tory virulemment eurosceptique, à l'approche du vote crucial par la Chambre des communes prévu à la mi-janvier de l'accord négocié entre Londres et Bruxelles sur le Brexit. Vu l'absence de majorité de parlementaire et de l'hostilité d'une partie des députés de la majorité envers l'arrangement, chaque voix comptera. Lire aussi 2019, encore une année difficile pour l'Europe ? Face au défi migratoire dans la Manche, la Royal Navy n'a, pour l'instant, déployé qu'un seul garde-côte au lieu de rappeler les quatre autres navires d'interception et de sauvetage en mer basés en Méditerranée. Depuis novembre, quelque 220 Iraniens ont pu gagner le Royaume-Uni en traversant la Manche. Ces pauvres hères fuient la crise économique et l'instabilité provoquées par la réintroduction des sanctions économiques par l'administration Trump. « Permis à points » À l'inverse des migrants africains, qui ont déjà éprouvé les énormes risques de la traversée de la Méditerranée, les Iraniens sont arrivés à Calais par voie terrestre. Par ailleurs, au contraire des autres groupes, ils savent nager, une discipline enseignée depuis le plus jeune âge en Iran, soulignent les associations d'aide installée dans le Pas-de-Calais. Pour attirer le chaland, les passeurs sans scrupules à la tête d'un trafic juteux, fréquent et impitoyable affirment aux candidats au départ qu'il s'agit de la dernière chance de gagner l'Angleterre avant la fermeture des frontières lors de l'entrée en vigueur, le 29 mars 2019, du Brexit. Il s'agit d'un mensonge dans la mesure où le Brexit n'apportera aucun changement à la situation des non-Européens déjà soumis à un « permis à points » fondé sur les besoins de l'économie. Quand ils sont recueillis par un navire britannique ou parviennent à gagner la côte, les migrants peuvent s'inscrire comme demandeurs d'asile. Pris en charge par des ONG, ils sont logés et nourris dans des hôtels ou des centres d'aide d'hébergement mais ne peuvent pas travailler jusqu'à l'obtention de leur statut officiel de demandeur d'asile. En vertu de la législation européenne, ils ne peuvent pas être renvoyés en France. Au total, le Royaume-Uni a reçu 26 350 demandes d'asile en 2017. La situation est d'autant plus difficile pour Theresa May, qu'elle a mis le contrôle des frontières au cœur de sa politique pour tenir compte de l'hostilité des milieux populaires à la libre circulation des Européens à l'origine de la victoire du camp du départ lors du référendum du 23 juin 2016.

Posté par fagooda à 13:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 août 2019

Ce qu'il faut faire

Soit un nouveau jeu Splinter Cell vient d'être confirmé, soit le directeur de la création de The Division 2 est un farceur. Le directeur de la création de la Division 2, Julian Gerighty, a soit confirmé une nouvelle Splinter Cell, soit il s'amuse. On ne sait jamais avec Gerighty. Sur Twitter, il a déclaré qu'il travaillait avec les réalisateurs d'Ubisoft, Dan Hay (Far Cry) et Roman Campos Oriola (pour l'honneur) sur la prochaine cellule Splinter. Il a ensuite changé son en-tête et son image de profil sur Twitter pour Splinter Cell et Sam Fisher, de manière réceptive. De plus, il a tweeté depuis Lyon, en France, où se trouve également le studio The Crew. Il a dit que nous travaillions sur un cross-over avec The Crew, donc c'est quelque chose d'autre à ajouter à la composition. Qu'il soit sérieux ou non (et non, nous pensons qu'il ne l'était pas), il y a sûrement un nouveau Splinter Cell en préparation. Il ne serait pas hors de question étant donné que la rumeur l'aurait été et que l'on avait divulgué (oh hai, Amazon Canada) auparavant. Travailler sur le prochain #SplinterCell avec @danhaynow et @romcamor dans #Lyon. Je ne peux pas attendre le # E3. Crossover avec # TheCrew2 avec @_fergus_ 🙂 Ne manque que @GhostRecon et @ Rainbow6Game - mais sur le chemin. Le directeur adjoint des relations publiques d'Ubisoft s'est "impliqué" assez rapidement: Message de @GreatWallofChin. Ne me dis pas quoi faire. pic.twitter.com/xbvO8FrA3i - Julian Gerighty (@jgerighty) le 14 mai 2019 De plus, lors de l'E3 2017, le président d'Ubisoft, Yves Guillemot, a déclaré à Geoff Keighley: «Tous les matchs de Tom Clancy arrivent, nous n'oublions donc pas Splinter Cell." Guillemot a ensuite ajouté que la société avait "pas mal de pain sur la planche" pour le moment, et qu'elle n'a pas précisé davantage quand ou si on pouvait s'attendre à une nouvelle entrée dans la franchise. Cela dit, nous mettons 7/2 chances sur une Splinter Cell annoncée au moins à l'E3 2019 le mois prochain. Rappelez-vous simplement: je suis terrible en paris et en pronostics. Mais tout semble toujours «fuir» avant l'E3 pour Ubisoft, vous savez? Alors gardez un oeil sur. Mais rappelez-vous, ne prenez rien de concret jusqu'à ce qu'Ubisoft lui-même dise quelque chose. Plus d'information sur l'organisation de séminaire en cliquant sur le site internet de l'organisateur.

Posté par fagooda à 10:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2019

Savoir cuisiner pour soi et ses animaux de compagnie

Je suis un fan de régimes alimentaires faits maison pour chiens depuis longtemps. Récemment, avec toutes les nouvelles concernant les aliments contaminés pour chiens et chats, de nombreuses personnes se demandent maintenant à quel point les aliments commerciaux pour chiens et chats sont sans danger pour leurs animaux. Il est très facile de commencer à préparer des aliments pour chiens faits maison. Sachez que les chiens ont besoin de manger les mêmes aliments sains que ceux dont nous avons besoin. Les viandes de qualité, les légumes frais et les glucides constituent l'essentiel. Les portions de viande, de légumes et de glucides devraient être respectivement de 40/30/30. Beaucoup de gens craignent de commencer à préparer des repas pour leurs chiens, mais c'est en fait plus facile que vous ne le pensez. Presque tout le monde peut ajouter de la viande, des légumes, du riz ou des pommes de terre cuits dans une casserole. Commencez par choisir presque toute la viande que vous choisissez. La dinde est souvent un bon choix pour une digestibilité facile, mais presque toutes les viandes conviendront. Le bœuf, le jambon, le poulet et le porc sont d'autres choix de viande. Assurez-vous de bien cuire la viande jusqu'à ce qu'elle soit cuite. Pour les légumes, vous pouvez simplement acheter un mélange de légumes surgelés au magasin. Les légumes frais sont les meilleurs et contiennent plus de nutriments, mais les légumes surgelés sont plus faciles. Il suffit de les ajouter à la viande une fois cuite et de les réchauffer. Pour les glucides, la plupart des gens utilisent du riz ou des pommes de terre. Ce n'est pas grave, sauf si votre chien a une préférence pour un glucide. Pour l'assaisonnement, la plupart des gens ajoutent un peu d'ail, car les chiens semblent aimer le goût de l'ail, et c'est aussi un répulsif naturel contre les puces. Assurez-vous de ne pas passer trop de temps sur la saison, car souvent les chiens n'aiment pas beaucoup d'assaisonnement et que je tombe malade à cause de cela. Si vous nourrissez lentement une nourriture commerciale pour chiens au cours des deux premières semaines, commencez à nourrir votre nourriture maison pour chiens. Si vous passez immédiatement au régime maison pour chiens, il est possible que les chiens ne le mangent pas et ne développent même pas de diarrhée. Une autre bonne raison de nourrir les aliments maison pour chiens est que de nombreux chiens ont des allergies alimentaires. Achetez à votre chien une sorte de viande qu'il n'a jamais mangée avant de pouvoir atténuer les signes d'allergie alimentaire. Les protéines sont souvent la principale source d'allergies alimentaires chez les chiens. Par conséquent, en modifiant leur source de protéines, vous pouvez souvent atténuer les signes d'allergies alimentaires. Une fois que vous avez terminé de cuire tous vos aliments pour chiens faits maison, vous pouvez les conserver au réfrigérateur pendant 3 à 7 jours. Une fois que vous commencez à cuisiner pour votre chien, vous verrez vraiment les avantages d'un régime alimentaire fait maison. Assurez-vous de consulter votre vétérinaire avant de commencer et rappelez-vous de ne jamais nourrir votre chien au chocolat. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette activité de atelier de cuisine à Lille.

cuisine photo-1469429679690-f46e39138d9a

Posté par fagooda à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juin 2019

La nouvelle éducation de Blanquer

Cette mesure apparaît en tout cas largement symbolique. Car 99 % des enfants de 3 à 5 ans sont déjà scolarisés. Et les parents qui le souhaitent gardent la possibilité d’opter pour l’instruction à domicile. Avec toutefois dans ce cas l’obligation de soumettre leur enfant, comme c’était le cas jusqu’ici à partir de 6 ans, à des tests « pour s’assurer de la conformité de l’enseignement assuré au droit de l’enfant à l’instruction ». Au risque de se voir une nouvelle fois taxé d’élitisme, l’ancien patron de l’Essec effectue un virage à 180 degrés par rapport à la politique de la majorité précédente, qui avait remis en cause les sections bilangues et européennes. L’admission des élèves dans ces nouveaux établissements, dit ainsi le texte, sera « soumise à la vérification de leur aptitude à suivre les enseignements dans la langue étrangère pour laquelle ils se portent candidats ». Cette nouveauté majeure est source d’inquiétudes dans le corps enseignant, qui met volontiers en avant la dimension individuelle du métier. D’autant que le ministre a prévenu que ces évaluations pourraient conditionner le versement de la part variable de la prime destinée aux professeurs exerçant dans l’éducation prioritaire renforcée. Nos hommes politiques ayant parfois tendance à oublier leurs convictions en cours de route, réjouissons-nous que des journalistes soient là pour leur rappeler aujourd’hui leurs combats d’hier. Exemple avec Quotidien qui, dans son émission du mercredi 14 novembre, a rendu un fier service à notre ministre de la Transition écologique et solidaire. En 2010, François de Rugy, alors député, dénonçait avec véhémence la non taxation du carburant le plus polluant, à savoir, le kérosène qui fait voler les avions. Pour défendre sa position, à l’époque, l’élu ne manquait pas d’arguments, évoquant même un problème « particulièrement choquant du point de vue écologique et du point de vue social » et dénonçant sans ambiguïté « une injustice majeure. Huit ans plus tard, alors que le kérosène n’est toujours pas taxé et que la taxation de l’essence et du diesel, elle, continue de grimper, que pense désormais le François de Rugy devenu chef de l’écologie du pays ? Quotidien lui a posé la question très simplement… mais a eu bien du mal à obtenir une réponse. Dans cet extrait, François de Rugy laisse entendre à demi mots qu’il est difficile de taxer le kérosène car ça augmenterait le prix des billets d’avion. C’est contraire à ce qu’il réclamait en 2010 mais, surtout, c’est oublier qu’augmenter les taxes sur l’automobile fait également monter le prix des trajets, quotidiens ceux-ci et, pour beaucoup, incontournables. Compte tenu de la situation écologique, la taxation des carburants est une politique qui peut se justifier. Mais pour qu’une politique fiscale soit efficace et acceptée, elle se doit d’être juste.

Posté par fagooda à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2019

Barcelone en déclin ?

Ca n'a rien d'un secret : notre pays va mal. Lors d'un colloque à Barcelone, j'en ai longuement débattu avec les autres participants, et nous étions tous d'accord pour dire quelle était l'origine du problème : les pouvoirs publics. A l'occasion d'un meeting, j'en ai pas mal débattu avec plusieurs personnes, et nous sommes tous tombés d'accord là-dessus. Depuis de nombreuses années, ceux-ci croient être mieux placés que les électeurs pour déterminer ce qui va être un succès. Et depuis leur tour d'ivoire, ils dilapident l'argent de nos impôts comme ils l'entendent en attestant qu'ils investissent dans les secteurs émergents. La flambée des dépenses publiques en Europe et dans le monde est à cet égard significative. Cette amplification montre que les élus s'accordent un contrôle de plus en plus grande, au grand dam de la souveraineté de chaque citoyen et industriel. Pour 100 euros dépensés dans notre pays (mais c'est aussi vrai dans la plupart des pays occidentaux), les autorités en dépensent plus de 50. Ca n'a pas toujours été le cas : avant les années 70, ce rapport grimpait à peine de 30% ! Ce besoin de tout contrôler est avant tout un vibrant témoignage de la grande méfiance que peuvent avoir les gouvernements envers le citoyen individuel et le libre marché. C'est le manque de confiance qui explique que les pouvoirs publics à décider à quoi doit être affecté la plus grande partie des dépenses. Mais si l'on observe le tout en détails, on s'aperçoit que cette politique est de plus en plus contre-performante. Car en dépit de l’augmentation la nette expansion du pouvoir décisionnel des autorités, la croissance de la productivité n’a eu de cesse de s'amoindrir. Il est choquant d'observer combien la croissance des dépenses publiques s'accompagne d'une diminution de notre capacité d’innovation. Ce rapport de cause à effet est loin d'être le fait du hasard. Du fait du rôle de plus en plus importante dans l’économie, les pouvoirs publics mettent en fait à mal le meilleur outil pour produire de la prospérité : le libre marché. Si les débats ont été assez animés, lors de ce colloque à Barcelone. programmation était grandiose, ce qui nous a permis de nous focaliser sur les échanges. Je vous mets en lien l'agence qui l'a mis en place, si vous souhaitez mettre en oeuvre un événement digne de ce nom. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce voyage à Barcelone

Posté par fagooda à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 avril 2019

Le coût de création d’une start-up

Vous avez eu une idée révolutionnaire et êtes persuadé que votre service ou votre produit révolutionnera sans aucun doute notre façon de consommer. Motivé et enthousiaste, vous voilà prêt prêt à lancer votre start up. Mais combien coûte la création d’une start up en 2016 ? Le coût des démarches légales pour créer sa start up Toute création d’entreprise ou de société nécessite d’abord l’accomplissement de diverses formalités administratives (après la rédaction des statuts de l’entreprise par le créateur ou par un conseil), à commencer par la déclaration de votre activité. Les coûts de l’immatriculation d’une entreprise Pour l’immatriculation d’une entreprise commerciale au RCS, vous devrez débourser 62,19€ et s’il s’agit d’une entreprise artisanale, il vous en coûtera 185€ pour l’inscrire au RM. Quant aux sociétés (SARL, EURL, SNC, Sociétés Civiles, SA et SAS), le montant de leur immatriculation au RCS s’élève à 49,92€ et à 200€ environ pour l’immatriculation au RM (la somme est variable selon le département). Les coûts de publication au journal légal En ce qui concerne les frais de publication dans un journal d’annonce légale, comptez entre 250€ et 450€ (somme variable selon le journal et le département) pour une SARL, une EURL, une SNC et une Société civile. Vous devrez débourser entre 270€ et 470€ (somme variable selon le journal et le département) pour publier l’annonce légale de votre SA ou de votre SAS. Les frais de bureaux et de matériel Les frais de location d’un bureau : de la gratuité à des sommes conséquentes Une fois votre idée en poche, votre entreprise crée, il faudra bien installer vos locaux quelque part. Chez vous semble la solution la moins onéreuse (Apple a bien été créé dans un garage) et la plus simple à évaluer. Mais si vous devez ou tenez à louer un bureau, les prix sont très disparates selon la localisation et, surtout, le type de bureau pour lequel vous opterez (ces prix comprennent généralement les charges et l’internet). Les prix varient énormément entre la location d’un (ou plusieurs) poste(s) de travail dans un espace de coworking ou un incubateur et la location de bureaux en propre. Comptez de 420€ HT à 515€ HT par mois à Paris pour la location d’un bureau et 300€ par mois pour un poste de travail dans un espace de coworking à La Défense ou 200€ par mois pour un poste de travail dans le 18ème arrondissement. À Lyon, la différence est moins importante entre les deux types de bureaux puisque le prix moyen de la location de bureau est de 150€ HT à 200€ HT et qu’un espace de coworking se loue environ 190€ par mois pour une personne. A Marseille, le prix des bureaux oscille entre 153€ HT et 270€ HT par mois et on trouve des places en espace de coworking à 135€ par mois dans le 1er arrondissement de la ville. Enfin, lorsque la start up est hébergée dans un incubateur, ce service est bien souvent gratuit, au moins au début. En effet, les incubateurs peuvent proposer des locaux, un accompagnement, et le financement de prestations extérieures telles qu’une étude de marché ou le dépôt d’un brevet, généralement sur le principe d’une avance remboursable en cas de succès. Les frais de matériel de bureau : la base pour lancer sa start up Le lancement d’une start up passe aussi par l’acquisition d’un matériel de bureaux et d’un budget dédié à la promotion de votre entreprise : carte de visites, flyers et autres éventuels objets promotionnels indispensable pour accroître la notoriété de la jeune entreprise. Le salaire des premiers embauchés Qu’ils soient free-lance, en CDD, associé, chaque start up s’entoure généralement dès son lancement d’un developer et d’un designer, les deux compétences essentielles pour exister sur internet. En France, le salaire moyen brut par an d’un developer est de 47 908€ et celui d’un designer de 31 554€. L’ensemble de ces frais devrait couvrir la plupart des factures auxquelles font face les start ups à leur création. Pour financer ces coûts de lancement ou développer sa start up, pensez au crowdfunding ! Le financement participatif est un des moyens de lever rapidement des fonds. Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.

Posté par fagooda à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2019

Barcelone, se rappeler de l'histoire

Alors que nos affaires ne restent donc pas absolument désespérées - tant qu’elles sont encore notre pouvoir de débattre - donnez-moi la permission de vous rappeler une chose, même si peut être ignorant. Qui était l'homme qui vous a persuadé d'abandonner Phocis et Thermopyles? une fois gagné, il a également obtenu le libre accès de ses troupes en Attique et au Péloponnèse, et nous a obligés à détourner nos pensées des droits de La Grèce, de tous les intérêts étrangers, à une guerre défensive, dans ces territoires mêmes; dont l’approche doit être durement ressentie par chacun d’entre nous; et ce même jour a donné la naissance à elle; car si nous n'avions pas été trompés à ce moment-là, l'État n'aurait rien à appréhender. Sa puissance navale n'aurait pas pu être assez grande pour tenter d'attaquer l'Attique en mer; il ne pouvait pas non plus avoir traversé de terre par Thermopyles et Phocis. Mais il doit soit s’être cantonné dans les limites de la justice et avoir vécu dans un respect de son traité, ou ont été immédiatement impliqués dans une guerre égale à celle ce qui l'a obligé à poursuivre en justice pour la paix. Cela peut donc suffire pour rappeler les actions passées à votre avis. Que tous les dieux interdit que l'événement confirme mes soupçons! car je ne veux absolument pas que tout homme devrait être condamné même au châtiment mérité de ses crimes, lorsque le toute la communauté court le risque d'être impliquée dans sa destruction. Et maintenant, dans quel but est-ce que je le mentionne? et pourquoi est-ce que je désire que ces hommes devraient apparaître? J'appelle les dieux à témoigner, que sans la moindre évasion je vais déclarer hardiment la vérité! Non pas que, en éclater en invectives, je puisse exposer mes- à un traitement similaire et, une fois de plus, donner à mes anciens ennemis une occasion de recevoir l’or de Philippe; ni encore que je puisse me permettre une impertinente vanité de harangu- ing; mais je crains que le moment ne soit venu où les actions de Philip vous donneront plus plus préoccupant qu’à présent. Je vois que ses dessins sont en train de mûrir. Je souhaite mes appréhensions peut ne pas s'avérer juste; mais je crains que le temps ne soit pas loin. Et quand ce ne sera plus en votre pouvoir de ne pas tenir compte des événements; lorsque ni les miens ni les informations d'une autre personne mation, mais votre propre connaissance, vos propres sens vous assureront de l'imminence En cas de danger, votre ressentiment le plus grave éclatera-t-il. Et comme votre ambas- les sadors ont caché certaines choses, influencés (comme ils sont eux-mêmes scious) par la corruption, je crains que ceux qui s'efforcent de restaurer ce que ces hommes ont ruiné peut sentir le poids de votre mécontentement; car il y en a, je trouve, qui généralement leur colère, non pas sur les objets méritants, mais sur ceux qui sont les plus immédiats. ately à leur merci. Davantage d'information est disponible sur le site de l'organisateur de ce séminaire incentive à Barcelone. Suivez le lien.

Posté par fagooda à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2019

L’Afrique reste un business pour la France

La France demeure l’un des premiers pays donateurs tant en valeur absolue qu’en pourcentage du RNB. L’aide française continue d’ailleurs de s’orienter pour les deux tiers vers l’Afrique, et pour moitié vers les pays les plus pauvres. En 2006, l’aide française s’oriente prioritairement vers l’Afrique subsaharienne notamment francophone puis vers l’Afrique du Nord et l’Océanie (Territoires français d’Outre-mer). ], ce dernier terme se référant non seulement à l’APD mais aux relations générales entre la France et l’Afrique ainsi qu’à leurs liens institutionnels. ]. Cette réforme a accordé un rôle prédominant au ministère des Finances et au Trésor tandis que l’Agence française de développement est devenue l’acteur pivot de la politique de coopération. Mais depuis la réélection de Jacques Chirac en 2002, la realpolitik est de retour, et la politique de coopération française en Afrique a pris un tour plus interventionniste. Homme de confiance d'Emmanuel Macron devenu incontournable dans la chaîne du pouvoir, Christophe Castaner a vu sa loyauté récompensée par une nomination mardi au ministère de l'Intérieur, un cran supplémentaire dans une ascension politique aussi fulgurante que tardive. Le nom de Christophe Castaner, alors député des Alpes de Haute-Provence, avait émergé au soir du premier tour des élections régionales de 2015, lorsqu'il s'était résolu à jeter l'éponge pour faire barrage au Front national en région PACA. Il s'est alors estimé lâché par la direction du PS. Un épisode qui marquera une rupture fondatrice. Il rejoint quelques mois plus tard Emmanuel Macron et devient un marcheur de la première heure. Désormais, à 52 ans, il décroche un portefeuille éminemment sensible, qu'il a longtemps lorgné. Il reste néanmoins novice en matière de sécurité intérieure. Et surtout, impulser une ligne forte en matière de lutte contre le terrorisme, qui reste la préoccupation majeure des services. Enfin, Christophe Castaner devra jouer le rôle de bouclier du président. C’est aussi ce qu’attend de lui l’Elysée. Europe 1, Philippe Gildas est mort dans la nuit de samedi à dimanche, à 82 ans, des suites d'un cancer. Il était hospitalisé dans le 15ème arrondissement de Paris depuis sept semaines. Sur notre antenne, il avait notamment présenté les journaux, lancé le Top 50 ou encore dirigé l'antenne. Europe 1 revient sur le parcours riche de cet homme de télé et de radio. Le vice-PDG d'Europe 1, Laurent Guimier, a salué la mémoire d'"une grande voix et l'infatigable inventeur de la radio moderne", sur Twitter. 1 salue la mémoire de Philippe Gildas, qui nous a quittés cette nuit. Fils aîné d'un notaire breton, Philippe Leprêtre fait des études de lettres à La Sorbonne avant de s'orienter vers le journaliste, sur les conseils de Jean Yanne, lui aussi Breton. Il fait ses débuts à Radio Luxembourg, l'ancêtre de RTL, où il créé la matinale, cette tranche d'informations qui doit accompagner l'auditeur de son réveil à son travail. C'est à l'antenne que son nom d'emprunt est né, un jour où il devait faire un remplacement d'urgence. 5 ans, c’est long et donc la pierre que chacun d'entre nous peut apporter à cet édifice, je considère que c’est une pierre précieuse. Ils savent bien que je ne joue pas la comédie. Ils savent bien que je ne suis pas dans les intrigues. Ils savent bien que je ne suis pas dans les manœuvres et que nous ne sommes pas, dans cette famille politique, ni dans les intrigues ni dans les manœuvres. François BAYROU. - D’une certaine manière, celam’a fait mal, m’a fait honte. Parler de la France comme Parler du peuple comme des gens qui seraient réduits à cloper ou à rouler au diesel comme si c'était une infamie de de rouler au diesel. Je rappelle que c’est l’État qui a fait rouler les gens au diesel et que, encore aujourd'hui, il faudrait approfondir les études pour savoir quelle différence réelle et profonde il y a sur ces sujets. Début 2009, le disque Teatro d’Amor consacré à Monteverdi et avec L’Arpeggiata s’est immédiatement placé en tête des ventes classiques et s’est vu couronné par les Echo Kassik 2009 au à Dresde. Le disque Opium, consacré à la mélodie française et avec le pianiste Jérôme Ducros, a rencontré le même succès. Cet automne est paru deux enregistrements ; Le Requiem de Fauré dirigé par Paavo Jarvi ou Philippe chante le célébrissime Pie Jesu et un disque de duo Avec max Emanuel Cencic « Duetti » dirigé par William Christie. En juin 2011, Philippe Jaroussky a fait ses débuts scéniques aux Etats-Unis dans le rôle titre de l’opéra Niobe d’Agostino Steffani à Boston et Great Barrington. Il est retourné ensuite Outre-Atlantique pour une tournée dans des festivals et séries prestigieuses (Los Angeles, Berkeley, Duke University, Boston, Ann Arbor…). Il a également interprété un programme dédié aux airs d’Händel accompagné par le Freiburger Orchestra. Tout récemment, il a chanté aux côtés de Cecilia Bartoli au Festival de Pentecôte de Salzburg pour la production du Giulio Cesare. Il s’est également associé à la contralto Marie-Nicole Lemieux et l’ensemble Artaserse pour une tournée « Le Tourbillon des sentiments ». En janvier 2013, Philippe Jaroussky s’octroie un repos sabbatique de plusieurs mois et sera de retour sur la scène internationale en septembre 2013 aux côtés du Venice Baroque Orchestra. Philippe Jaroussky est le parrain de l’Association IRIS qui représente les patients atteints de déficits immunitaires primitifs. Le président du groupe Modem a doublé le score de son groupe politique, passant de 46 députés à 86 voix avec l’apport de nombreuses voix de députés LREM «qui en ont marre d’être considérés comme des godillots», explique-t-il. Le député du Loir-et-Cher a d’ailleurs été salué par une très longue standing-ovation des 800 militants présents tout au long de ces trois journées. Un manque de considération bien volontiers reconnu par Christophe Castaner, le ministre des Relations avec le Parlement qui a fait le déplacement à Guidel. «Est-ce que tout a été parfait entre nous ? J’avais dénoncé notre arrogance. Nous aurions dû travailler plus ensemble. Aujourd’hui la première phase du quinquennat mérite une amélioration. Nous devons peser ensemble sur les choix de l’exécutif», a constaté le patron du parti qui a appelé «à mener collectivement la bataille des européennes et à renforcer notre dynamique autour de larges rassemblements pour les élections municipales». Et faut-il s’interdire de constater le réel et de le dire, si ce constat peut être instrumentalisé à des fins condamnables ? Sans surprise, le fondateur de l’Université populaire de Caen s’est fermement tenu du côté de la droiture et de la vérité. Sans surprise non plus, la chroniqueuse d’ONPC a plutôt défendu des positions contraires, révélatrices de l’effondrement éthique de la gauche médiatique. Je ne crois pas trahir la pensée de Christine Angot en interprétant ainsi ses paroles, lorsqu’elle répond à Michel Onfray évoquant les crimes de Lénine : « Peut-être que ce n’est pas qu’une question de nombre de morts. Peut-être que la comptabilité n’est pas le seul motif pour distinguer les crimes politiques. » Le philosophe soulignant alors l’énormité des 100 millions de morts attribués au régime soviétique, elle précise même : « Peut-être que l’idéologie ça compte un peu. » Est-ce à dire que les massacres, les famines organisées et les déportations sont acceptables, ou en tout cas pas tout à fait condamnables, s’ils sont commis au nom d’une « bonne » idéologie ? » Il était temps. Sans sa reprise en main, l’antique tradition de la satire aurait périclité. « Ce doigt d’honneur est problématique. Je vous donne la définition du dictionnaire… » Vite, je vérifie dans mon vieux Morfaux, Vocabulaire de la philosophie et des sciences sociales. Raté, l’expression « doigt d’honneur » n’y a pas d’entrée. Michel Onfray doit posséder une édition plus récente : « Un doigt d’honneur, explique-t-il, c’est un index qu’on enfile dans le rectum. Et je dis qu’il y a un doigt qu’il nous a enfoncé puis deux, puis trois, puis quatre, puis cinq, puis la main, et le bras. » Attention : en dépit des apparences, Michel Onfray ne parle pas de fist-fucking, puisque ce mot ne figure pas dans son texte — pas plus que dans le Morfaux, j’ai vérifié. Le programme n'est pas contingenté. Admission aux trimestres d'automne et d'hiver. Un diplôme équivalent au DEC est un baccalauréat préuniversitaire obtenu au Québec. Une cote de rendement (cote R) supérieure à 22 est exigée. Les candidats ayant une cote de rendement supérieure à 20, mais inférieure à 22 pourront être admis conditionnellement à la réussite d'une formation d'appoint (veuillez consulter la section des Règlements pédagogiques particuliers). Au moment du dépôt de la demande d'admission, avoir réussi au moins cinq cours (quinze crédits) de niveau universitaire dans une université québécoise. Une moyenne académique minimale de 2,0 sur 4,3 est exigée. Être titulaire d'un diplôme approprié obtenu à l'extérieur du Québec après au moins treize années (2) de scolarité ou l'équivalent. Une moyenne académique minimale de 11,5 sur 20 (ou l'équivalent) est exigée. Les candidats ayant une moyenne académique supérieure à 10,5 sur 20 (ou l'équivalent), mais inférieure à 11,5 sur 20 (ou l'équivalent) pourront être admis conditionnellement à la réussite d'une formation d'appoint (veuillez consulter la section des Règlements pédagogiques particuliers). À moins d'ententes conclues avec le Gouvernement du Québec. Le candidat admissible devra avoir atteint les objectifs de formation collégiale 00UN ou 01Y1 ou 022X (calcul différentiel) ou posséder des connaissances équivalentes.

Posté par fagooda à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2018

Ce qui fait le vin

Pour toute la complexité du vin, il est né de quelque chose de tout simple: un raisin. Un raisin baie est, en poids, 75% de pulpe, 20% de peau et 5% de graines (il existe généralement deux à quatre d'entre eux). La pulpe est le centre tendre et juteux du raisin. deviendra le vin. Surtout de l'eau et ensuite du sucre, la pulpe d'un raisin mûr contient des quantités minuscules d'acides, de minéraux et de composés de pectine, plus un trace de vitamines. C’est le sucre dans la pulpe qui est crucial pour la vinification, car c’est le sucre qui sera converti en alcool. Quant aux peaux, elles peuvent jouer les partie sexy. Ils sont en grande partie responsables de l’arôme et de la saveur du vin, ainsi que de sa couleur et tanins, le composé qui donne à certains vins une sensation légèrement sèche et un goût amer (plus à ce sujet bientôt). Mais une grappe de raisin a du chemin à faire avant de pouvoir l'être appelé vin. Et une fois que ce sera transformé, il y aura plusieurs composants à Sider: alcool, acide, tanin, fruité, sécheresse et douceur. Voici les éléments structurels de tout vin. Regardons chacun d’eux. Supposons qu’un cépage prenne normalement 120 jours pour mûrir. En particulier année chaude, il peut mûrir après seulement 100 jours; dans une année plus froide, après 130 jours. Quelle situation un viticulteur préférerait-il? Toutes choses égales par ailleurs, les viticulteurs veulent une longue saison de croissance. Longue maturation (long temps de suspension) permet aux composants du raisin autres que le sucre - le tanin, par exemple - de atteindre une plus grande maturité physiologique. Raisins entièrement développés, bien sûr, tenir plus prometteur pour un vin aux saveurs bien développées. Historiquement, parfaitement Les raisins mûrs qui ont mis longtemps à mûrir ont souvent produit des vins supérieurs avec des arômes et des saveurs plus complexes. (Pour la complexité, j'imagine toujours la saveur profonde du jus d'orange fraîchement pressé d'oranges mûres par rapport à la saveur peu profonde des mélanges en poudre.) Il existe une distinction importante ici. La longue attente dans la poursuite de la maturité (une bonne chose) n’est pas la même chose que la maturité excessive (une mauvaise chose). Quand un vin a tout le charme du pruneau jus croisé avec cola plat, ce n’est pas joli. Pour plus d'informations, allez sur le site de cette activité de cours d'oenologie à Toulouse et retrouvez toutes les informations.

vin (29)

Posté par fagooda à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2018

Quannd l’Arabie assassine

Trois semaines après que le chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi, ait disparu dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, ce n’est pas le leader du monde libre qui s’est levé pour exprimer son indignation internationale face à la montée des preuves de son assassinat, mais le président de la Turquie. Recu Tayyip Erdogan, le 23 octobre, a déclaré à son parti parlementaire que dissimuler les véritables auteurs d’une telle attaque "constituerait un affront à la conscience de l’humanité", alors qu'il réclamait justice pour la famille de Khashoggi et une enquête approfondie. Quelques jours auparavant, les autorités saoudiennes avaient finalement reconnu que le journaliste était mort au consulat, mais avaient déclaré qu'il était décédé des suites d'une dispute physique. Le contraste entre l’indignation d’Erdogan et les réponses apparemment spontanées de Trump souligne les changements dans l’ordre de l’après-guerre froide, alors que la domination de Washington diminue parallèlement à la promotion de politiques étrangères fondées sur des valeurs. Cela est également illustré par le caractère effronté des meurtres perpétrés par des responsables d’un allié américain sur le territoire d’un autre - et par la profonde rivalité régionale qui se fait jour entre l’Arabie saoudite et la Turquie, dont la coopération est essentielle à la politique américaine au Moyen-Orient. "Le fait que les États-Unis jouent un rôle moins important dans la définition des résultats dans le monde entier par rapport aux années 1990 est certainement vrai", a déclaré Charles Ries, ancien fonctionnaire du département d'État américain de carrière ayant servi en Irak et en Europe. Rand Corp à Washington. «Vous pouvez voir que la montée de l'agression chinoise et russe en Ukraine et son ingérence dans la politique européenne.» L'affaire Khashoggi l'a également mise en évidence au Moyen-Orient, où les bousculades politiques qui ont suivi l'assassinat soulèvent la question. de la proximité d'un allié, l'Arabie saoudite restera. Cela pourrait-il devenir la prochaine puce géopolitique à échapper à l’attention de l’Amérique dans une région où les États-Unis sont la puissance prédominante depuis deux décennies - tout comme la récente querelle entre Trump et Erdogan aliénait la Turquie? En effet, le 27 octobre, la Turquie, membre de l'OTAN, organisera un sommet pour débattre du retour des réfugiés en Syrie. La France, l'Allemagne et la Russie seront là. Les États-Unis ne le seront pas. De même, Washington a été absent des principales négociations sur la fin de la guerre syrienne vieille de sept ans, qui sont menées par l’Iran, la Russie et la Turquie. Le président égyptien Abdel-Fattah El-Sisi, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 2013, a dilué la dépendance de son pays à l’égard des États-Unis, achetant des armes russes. Début octobre, il a signé un accord de partenariat stratégique avec le président Vladimir Poutine à Moscou et accepté un prêt de 25 milliards de dollars pour la construction de centrales nucléaires. L’Iran, quant à lui, trouve un secours auprès des alliés européens de l’Amérique, ainsi que de la Chine et de la Russie, en résistant à la pression économique américaine. Aucun n’a suivi les États-Unis qui se sont retirés de l’accord sur le nucléaire de 2015 qui levait les sanctions économiques contre l’Iran en échange de restrictions sur son programme de combustible nucléaire. Les autres signataires cherchent des moyens de contourner les sanctions imposées par les États-Unis qui devraient être réimposées en novembre.

Posté par fagooda à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]